Meilleures imprimantes 3D en 2020

Meilleures imprimantes 3D en 2020Quelles sont les meilleures imprimantes 3D en 2020 ?

L’impression 3D est une révolution apparue ces dernières années, et elle devient de plus en plus accessible. La preuve avec notre sélection d’imprimantes 3D qui présente des modèles autour de 300 voire 200 euros. On peut désormais réaliser chez soi des pièces de rechange comme un couvercle de télécommande, des petits objets décoratifs, des maquettes ou encore des jouets.

L’impression 3D se démocratise. Pour réaliser ses propres pièces, maquettes ou objets de décoration, nous avons sélectionné 5 modèles d’imprimante 3D et nous vous aidons à faire votre choix parmi les technologies disponibles, pour faire de vous un maker !

Pour profiter pleinement de l’impression 3D à la maison, il faut néanmoins bien choisir son modèle : comme avec l’impression 2D, plusieurs technologies ont leurs avantages et leurs inconvénients : le filament, plus abordable, mais pas toujours aussi précis, ou la photopolymérisation de la résine liquide, plus chère, mais permettant de réaliser des pièces plus détaillées et lisses. Installer une imprimante 3D à la maison nécessite aussi de se poser la question du bruit et de la sécurité, mais pas de panique !

Nous avons réuni nos 5 imprimantes 3D préférées dans notre sélection, avec des modèles sur les deux technologies les plus courantes. Nous vous livrons aussi les clés pour bien choisir votre imprimante : quelle technologie est la plus adaptée, quels matériaux choisir pour votre impression, et comment procéder pour imprimer vos premières pièces en créant vos propres modèles 3D ou en partant de modèles d’objets disponibles en grand nombre sur Internet.

Pour faire vos premiers pas de « maker », suivez nos conseils.

Comment choisir son imprimante 3D ?

Une imprimante 3D est un périphérique qui permet de réaliser de grandes choses : pièces de rechange, jouets, objets de décoration… Mais c’est également un outil très exigeant et imposant, et il ne faut pas se lancer dans l’achat d’une imprimante 3D sans se poser les bonnes questions. D’abord, vous pouvez vous demander quel type d’imprimante 3D choisir. Certaines sont livrées en kit et correspondront à des « makers » qui vont se mettre dans une démarche de construction dès l’assemblage. Cela permet aussi de savoir plus précisément comment fonctionne l’imprimante, d’apprendre les rouages en même temps. Néanmoins, tous les utilisateurs d’imprimante 3D n’ont pas envie d’assembler leur périphérique et on trouve évidemment des modèles prêts à l’emploi. Dans le même ordre d’idée, une question à se poser lors de l’achat d’une imprimante 3D est de savoir si on préfère un modèle ouvert ou fermé. Les deux ont leurs avantages et inconvénients.

Les imprimantes 3D ouvertes ont l’intérêt, là encore peut-être plus pour les bidouilleurs, d’offrir un meilleur accès aux composants pour l’entretien ou la modification. À l’inverse, il faut savoir qu’une imprimante 3D est très bruyante, et un modèle fermé peut être préférable pour limiter ce désagrément. D’autres avantages d’un modèle fermé : la sécurité accrue si vous avez des enfants, car une imprimante 3D, ça chauffe beaucoup, jusqu’à 250 degrés ! Et en parlant de température, un modèle fermé peut mieux gérer la stabilité de la chaleur, qui a une influence sur la précision de vos impressions 3D.

Comment fonctionne une imprimante 3D ?

Quelque part, une imprimante 3D n’est pas si éloignée du fonctionnement d’une imprimante à jet d’encre. Dans les deux cas, on a recours à une buse qui va faire chauffer une substance pour reproduire un fichier informatique.

En impression 3D, le fichier texte ou la photo est un fichier qui représente un objet 3D. La « tête d’impression » est appelée extrudeur. Et naturellement, ça n’est pas de l’encre que l’extrudeur fait chauffer, mais un matériau présenté sous la forme d’une bobine de filament dans l’impression dite FDL (Fused Deposition Modeling, qui est la plus abordable. Une fois chauffé pour atteindre un état semi-liquide, le filament est déposé par couche, selon les spécifications du fichier 3D utilisé comme base. Imaginez votre objet 3D comme découpé en fines couches superposées, de la base jusqu’au sommet. La première couche est posée sur un plateau, et les couches successives sont ajoutées jusqu’à arriver au sommet de votre objet 3D et de son impression.

Comment se servir d’une imprimante 3D ?

Pour utiliser une imprimante 3D, vous avez besoin de composants logiciels. Le premier est l’objet à imprimer. Une imprimante 3D se base sur un objet tridimensionnel, réalisé avec un logiciel de 3D comme 3D Studio Max ou Blender. C’est la source. Dans une impression 2D traditionnelle, vous utiliseriez à la base un document texte, un tableau ou une photo. Ici, c’est un objet avec des coordonnées X, Y et Z. Ce document doit être dans un format particulier. En impression 3D, on utilise le format STL. Pour générer un objet 3D, il vous faut un logiciel de 3D, mais vous n’avez pas besoin d’être un dessinateur industriel pour utiliser une imprimante 3D : de nombreuses ressources existent sur le web pour trouver des modèles d’objets 3D à utiliser pour vos impressions, directement au format STL. La deuxième étape est l’usage d’un logiciel dit « slicer ». On a parlé plus haut d’imaginer un objet du quotidien découpé en fines tranches superposées, et c’est exactement ce que fait un slicer : il prend un objet 3D et le découpe en couches successives. Ce sont les données de ce logiciel qui sont utiles pour l’imprimante 3D : elle va spécifier les différentes couches et les mouvements nécessaires à l’extrudeur (la tête d’impression) pour « dessiner » chaque couche avec le filament. Le slicer est l’interface entre l’objet et l’imprimante 3D, dont il va recueillir les spécifications pour ajuster ses paramètres.

Faut-il choisir une imprimante 3D résine ou filament (FDM ou SLA) ?

Il existe principalement deux types d’imprimantes 3D : les imprimantes FDM et SLA. Ce sont deux procédés qui ont leurs avantages et leurs inconvénients, un peu à l’image des différences entre une imprimante à jet d’encre et une imprimante laser. La technologie FDM pour Fused Deposition Modeling, utilise un filament qui est chauffé puis déposé par couche pour réaliser l’objet. Le procédé SLA ou stéréolithographie est plus complexe et utilise une résine liquide que l’on va rigidifier en lui appliquant une lumière sous la forme d’un laser ou d’un projecteur DLP. Dans le cas d’un laser, chaque couche va être dessinée progressivement, tandis qu’un DLP va projeter toute la couche. Les avantages et les inconvénients des deux procédés dépendent de ce que l’on veut faire. L’impression 3D FDM est beaucoup plus abordable que l’impression 3D SLA, mais elle est aussi moins précise et ne permet pas vraiment de reproduire des détails aussi fins ou d’obtenir des surfaces lisses. L’impression SLA était souvent utilisée dans le monde professionnel avant de devenir plus abordable, mais les coûts restent beaucoup plus élevés.

1/ L’imprimante 3D Comgrow Creality Ender 3, parfaite pour débuter L’imprimante 3D Comgrow Creality Ender 3/Amazon

  • Amazon 199,99€

Cdiscount 880,00€ & Fnac315,44€

L’imprimante 3D Comgrow Creality Ender 3 est un modèle 3D à technologie FDM (Fused Deposition Modeling), à la conception de type ouvert. Parmi ses points forts, elle offre une alimentation électrique de marque, une extrudeuse conçue pour réduire le risque d’obstruction de la buse, et la possibilité de reprendre facilement une impression, après une panne de courant par exemple. Cette imprimante 3D utilise du filament PLA 175 mm et permet une précision de 0,1mm avec une buse de 0,4 mm.

 

2/ L’imprimante 3D Elegoo Mars 3D, facile à utiliser L’imprimante 3D Elegoo Mars 3D/Amazon

  • Amazon 229,99€

Cdiscount 477,58€ & Rakuten 308,99€

Pour qui souhaite se lancer dans l’impression 3D avec technologie SLA, l’Elegoo Mars 3D est un des modèles les plus abordables disponibles. Basée sur une photopolymérisation à partir d’un écran LED d’une résolution de 2 560 x 1 440 pixels, cette imprimante 3D intègre une lumière UV. Son écran intégré de 3,5 pouces permet de prévisualiser le modèle 3D directement depuis la carte SD. Dotée d’une structure robuste, l’imprimante 3D Elegoo peut fonctionner hors ligne, avec une impression directement depuis une clé USB.

 

3/ L’imprimante 3D Comgrow Creality Ender 3 Pro, le bon rapport qualité/prix L’imprimante 3D Comgrow Creality Ender 3 Pro/Amazon

  • Amazon245,00€

Cdiscount 995,84€ & Fnac 258,89€

Par rapport à la Creality Ender 3, l’imprimante 3D Creality Ender 3 Pro apporte essentiellement des composants de meilleure qualité. L’imprimante qui utilise toujours la technologie FDM est accompagnée d’une deuxième plaque de verre. La surface de construction Cmagnet offre une meilleure protection et une température constante sur la surface qui facilite le retrait des modèles. L’alimentation MeanWell est certifiée UL avec un chauffage plus rapide et une durée de vie améliorée. Pour le reste on retrouve une imprimante ouverte, en kit et abordable.

 

4/ L’imprimante 3D FLSUN QQ-S, une réelle qualité d’impression L’imprimante 3D FLSUN QQ-S/Amazon

  • Amazon399,00€

Cdiscount 382,99€

Si vous cherchez une imprimante 3D FDM qui vous permette de commencer immédiatement à imprimer vos modèles sans passer par la phase de montage de l’imprimante qui peut être fastidieuse, la FLSUN QQ-S est préassemblée à 90%. Vous pourrez donc être opérationnel rapidement avec cette imprimante qui offre une taille d’impression de 255x255x360mm, une précision entre 0,01 et 0,04 mm et une rapidité d’impression entre 20 et 150mm/seconde. Un contrôle par Wi-Fi et un bruit opérationnel restant sous la barre des 50 dB sont également au programme de ce modèle.

 

 

5/ L’imprimante 3D Comgrow Creality 3D Ender 5, une valeur sûre L’imprimante 3D Comgrow Creality 3D Ender 5/Amazon

  • Amazon328,00€

Cdiscount 794,38€ & Rakuten477,99€

Parmi les imprimantes Comgrow, l’imprimante 3D Creality 3D Ender 5 se distingue par sa conception cubique qui offre une meilleure stabilité, précise et rapide avec des moteurs à double axe Y et axe Z rétrogradant. Elle permet des impressions jusqu’à 220 x 220 x 300 mm. L’imprimante permet de reprendre une impression après interruption, et la surface de construction peut être ajustée en hauteur pour améliorer la précision. Une évolution intéressante si vous souhaitez maîtriser davantage vos réalisations 3D.

 

Source Ouest-France Shopping Meilleures imprimantes 3D en 2020 Meilleures imprimantes 3D en 2020 Meilleures imprimantes 3D en 2020 Meilleures imprimantes 3D en 2020

Termes de recherche :www 3dlearn fr

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.