Tuto SolidWorks – Esquisse et creation d un boitier de montre – jf2

blogtechniciens-solidworks-cao-v-2- bracelet-montre-conceptionTuto SolidWorks : nous avons sélectionné cet exemple de construction car il est intéressant bien que tous les perçages ne sont pas décrits.

Nous venons à l’arbre de construction


La première extrusion le contour du boitier

Epaissir le cylindre central

Chanfrein sur le cylindre (l arête est cassée)

Congés sur les supports (adoucir les arêtes près du bracelet)

Les bases des cotes utilisées

Les fenêtres dans Windows 7 : la cotation et la pièce sur la quelle on travaille en même temps sur l’écran

Nouveau fichier

Le contour sur le plan de face

Le mode esquisse

Le cercle (icône de coïncidence) son centre et un point sur le cercle

Cotation du cercle

Changement – paramétrage de la cote

<Echap> quitte le mode cotation

Icone contrainte verticale icône horizontale icône contact cercle

Cotation angulaire

Outils ligne construction (inconnue pour le 3D)

Fonction entité symétrique

Création axe symétrie

Sélection des entités a symétriser

Esquisse noire ; les formes de l esquisse ont des cotes cohérentes

Cercle centre et son diamètre

Coïncidence et horizontalité

Ajouter relation tangence

Ajouter la relation « symétrie »

Extrusion sur une face (carter de montre)

Contrainte co-radiale

Convertir en entité d’esquisse

Bossage sur les cercles concentriques

Chanfrein sur arêtes extérieures

Chanfrein sur l arête extérieure (distance et angle)

Congé des oreilles : sélection des arêtes etc choix des congés

Tuto SolidWorks Fonctionnement

SolidWorks est un modeleur 3D utilisant la conception paramétrique. Il génère 3 types de fichiers relatifs à trois concepts de base : la pièce, l’assemblage et la mise en plan. Ces fichiers sont en relation. Toute modification à quelque niveau que ce soit est répercutée vers tous les fichiers concernés.

Un dossier complet contenant l’ensemble des relatifs à un même système constitue une maquette numérique. De nombreux logiciels viennent compléter l’éditeur SolidWorks. Des utilitaires orientés métiers (tôlerie, bois, BTP…), mais aussi des applications de simulation mécanique ou d’image de synthèse travaillent à partir des éléments de la maquette virtuelle.

Tuto SolidWorks Les pièces

La pièce est l’objet 3D monobloc. La modélisation d’une telle entité dépendra de la culture de l’utilisateur. Comme de nombreux logiciels conviviaux, SolidWorks permet d’aboutir à un même résultat apparent par des voies souvent différentes. C’est lors de la retouche de ces fichiers ou de leur exploitation qu’on appréciera la bonne méthode.

Une pièce est la réunion d’un ensemble de fonctions volumiques avec des relations d’antériorité, des géométriques, des relations booléennes (ajout retrait)… Cette organisation est rappelée sur l’arbre de construction. Chaque ligne est associée à une fonction qu’on peut renommer à sa guise

Parmi les fonctions génératrices il existe :

  • l’extrusion : déplacement d’une section droite dans une direction perpendiculaire à la section. La section est définie dans une esquisse (qui apparaît alors dans l’arbre de création comme élément générateur de la fonction). Cette esquisse contient l’ensemble des spécifications géométriques (cotation) nécessaires à la complète définition de la section. Cet ensemble de cotes auquel il faut ajouter la (ou les) longueur d’extrusion constitue l’ensemble des paramètres de la fonction ; il est possible de les modifier une fois la fonction validée. Les extrusions peuvent également être réalisées en s’appuyant sur des esquisses 3D6
  • la révolution : déplacement d’une section droite autour d’un axe, ou extrusion suivant un cercle ou un arc de cercle.
  • le balayage : déplacement d’une section droite le long d’une ligne quelconque. Lorsque la génératrice de balayage est gauche, l’esquisse est en 3 dimensions.

Tuto SolidWorks Différentes fonctions logicielles

D’autres fonctions, plutôt orientées métier intègrent des notions qu’il serait fastidieux de modéliser :

  • congés et chanfreins,
  • nervures,
  • dépouilles,
  • coque (permettant d’évider un objet en lui conférant une épaisseur constante),
  • trous normalisés (perçages, mortaises…),
  • plis de tôle

Des fonctions d’ordre logiciel comme la répétition linéaire, circulaire, curviligne ou par symétrie…

Les dernières versions autorisent la réalisation de pièces momentanément disjointes, ce qui permet de concevoir un objet fonctionnellement, c’est-à-dire en définissant d’abord les éléments fonctionnels, puis en joignant les différentes parties par de la matière (nervures, carter…).

L’édition de familles de pièces est possible en associant à SolidWorks, le tableur Microsoft Excel : Un tableau devient ainsi éditeur des références (lignes) donnant la valeur des paramètres variables des fonctions (colonnes) :

  • valeur de certaines cotes ;
  • valeur de certaines propriétés (nombre d’occurrences…) ;
  • état de suppression d’une fonction.

Ainsi, il est possible d’obtenir à partir d’un seul fichier de type pièce, l’ensemble des modèles de vis d’assemblage (toutes forme de tête ou dimensions), ou encore toutes les combinaisons de briques Lego (1×1, 1×2 etc).

Avec tous ces outils, la méthode de conception d’une pièce très proche du métier du concepteur qui ne se soucie plus de savoir où placer les traits du dessin mais les formes de la pièce.

Les possibilités d’éditions sont complétées par un ensemble d’outils de mesures géométriques. Ainsi il est possible de connaitre le volume de la pièce, son poids, la position de centre de masse, sa matrice d’inertie, la surface…

Tuto SolidWorks Les assemblages

Les assemblages sont obtenus par la juxtaposition de pièces. La mise en position de pièces est définie par un ensemble de contraintes d’assemblage associant, deux entités respectives par une relation géométrique (coïncidence, tangence, coaxialité…). Dans une certaine mesure, ces associations de contraintes s’apparentent aux liaisons mécaniques entre les pièces. Le mécanisme monté, s’il possède encore des mobilités, peut être manipulé virtuellement. On peut alors aisément procéder à des réglages à l’aide des différents outils disponibles (déplacement composants, détection de collision ou d’interférence, mesure des jeux, etc.)

Comme pour les pièces, la gestion de l’ensemble est portée par un arbre de création qui donne accès à l’arbre de création de chaque pièce. Il est d’ailleurs possible d’assembler des assemblages, donc de former des sous-groupes de pièces. Cette opération étant préalable ou en cours d’édition.

L’intérêt de cet outil, c’est qu’il rend possible la création d’une pièce dans l’assemblage. Il propose la même méthode au concepteur que celle qu’il appliquait sur la table à dessin : tout concevoir en même temps. En effet, à part sur les petits ensembles simples (ou déjà définis), il n’est pas raisonnable de concevoir chaque pièce indépendamment pour corriger ensuite, lors de l’assemblage, les problèmes d’interférence ou de coïncidence. La conception intégrée lie automatiquement les géométries des pièces entre elles. Ainsi, une modification sur une pièce est automatiquement répercutée sur les autres. Alors l’édition de pièce est la conséquence de l’édition de l’ensemble. De plus, Solidworks gère les références cycliques. En effet, non seulement il est possible de créer des pièces enfants à partir de la pièce parent, mais il est aussi possible de modifier la pièce parent en fonction des pièces enfants sans générer de boucle de mise à jour comme sur CATIA.

Tuto SolidWorks Les mises en plan

Les mises en plan concernent à la fois les pièces (dessin de définition) ou les assemblages (dessin d’ensemble). Pour aboutir à un plan fini d’une pièce on peut estimer mettre 2 fois moins de temps qu’avec un outil DAO (temps de conception et exécution du dessin). En effet, en DAO, chaque trait est indépendant, et c’est au dessinateur de savoir quelles entités graphiques sont concernées par une modification. Le logiciel 3D ne fait qu’une projection de l’objet. Les modifications éventuelles sont opérées sur l’objet représenté, et ne concernent pas directement le plan.

  • Vues
La projection sur plan du modèle ne pose aucun problème. Aujourd’hui il est très facile d’obtenir un plan, forcément juste (avec un logiciel de DAO il est possible d’éditer un plan faux!). Les vues en coupes, les vues partielles, perspectives, sont exécutées d’un simple clic. Les seuls problèmes encore rencontrés concernent la représentation des filetages et taraudages dans les assemblages.
De plus, chaque vue peut être exécutée avec un habillage différent, filaire, conventionnel ou ombré rendant encore plus accessible la lecture de plans aux non initiés.
  • Cotation
La cotation regroupe l’ensemble des spécifications géométriques définissant la pièce. Bien sûr, les paramètres déclarés des esquisses en font partie. Ils peuvent être automatiquement intégrés, de manière équilibrée, à la mise en plan. À ce niveau, il est encore possible de modifier la pièce en changeant la valeur des cotes. L’indépendance de ces paramètres, se rapproche du principe dit d’indépendance (cotation GPS). Cependant, la mise en forme définitive de la cotation demande encore un peu de travail (avec un éditeur DAO ou sur le calque aussi !).
  • Fond de plan
    SolidWorks par défaut propose ses propres fond de plan. Mais il est possible de les faire soi-même ; Il existe deux types de fond de plan :
    • Le fond de plan statique, où il faut remplir à la main chacun des champs.
    • Le fond de plan dynamique, où il se remplit automatiquement suivant les paramètres mis dans l’assemblage ou dans la pièce.
    • Des modèles sont proposés (équivalent du .dot de word).
  • Nomenclature
Le fichier assemblage contient chacune des pièces qui composent l’assemblage, on peut donc sortir de façon automatique la nomenclature appartenant à la maquette 3D.

Tuto SolidWorks Les extensions des fichiers

La simple ouverture d’un fichier dans une version ultérieure le rend inutilisable pour toute version antérieure.

Vu leur très faible interopérabilité et le fait que leur contenu soit sauvé sans que l’on utilise la commande de sauvegarde, ces fichiers Solidworks ne doivent pas être considérés comme des sauvegardes à long terme d’un contenu, mais comme une simple extension de la mémoire physique ayant la propriété de rémanence.

Chaque type de fichier possède une extension qui lui est propre :

  • .sldprt, pour les fichiers pièce
  • .sldasm, pour les fichiers assemblage
  • .slddrw, pour les fichiers plan
  • .slddrt, pour les fichiers de fond de plan

Certains formats proposés par le logiciel permettent d’envisager une sauvegarde à long terme.

Source Jules Ferry de Versailles et Wikipedia

Cliquez J’aime sur les icones Facebook, Twitter, G+ ,Linkedin

Termes de recherche :https://blogtechniciens com/tuto-solidworks-esquisse-et-cration-d-un-boitier-de-montre-jf2/formation/,direction voiture solidworks

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.